Hypoxie

Le manque d'oxygène de l'organisme

Dr Robert LYONS - Hypoxie et Eau KAQUN


L'hypoxie est le manque d'oxygène dans les cellules. Ce n'est pas une maladie, mais un état dans lequel on se trouve. On le sait, l’oxygène est nécessaire au bon fonctionnement de nos cellules, donc de nos organes, donc de notre organisme. Une petite chute de notre capacité de production d’énergie due à un manque d’oxygène peut être responsable de faiblesse, de fatigue, de difficultés cognitives.

Le déclin de la production d’ATP est associé à des défaillances dans le fonctionnement des organes et des muscles. Un manque d’oxygène dans le cerveau peut avoir des conséquences comme le brouillard mental, l’incapacité à se concentrer, le vertige, les nausées.

Un manque chronique d’oxygène est associé à un affaiblissement général, de la fatigue, des problèmes circulatoires, une mauvaise digestion, un comportement irrationnel, de l’irritabilité, des brûlures d’estomac.

L’hypoxie

Beaucoup de personnes sont, sans le savoir, en hypoxie, c’est à dire en manque d’oxygène. Dans ces situations, il est très difficile de se concentrer, le moindre document administratif à remplir est une corvée pénible, la fatigue mentale et physique est quasi permanente. Vous pouvez observer les conséquences suivantes avec plus ou moins d’intensité :


Dans le reportage ci-dessous de la BBC, des pilotes ont été soumis à un environnement appauvri en oxygène. En quelques minutes, on constate une diminution des fonctions du cerveau. Les personnes soumises à ce manque d'oxygène ne sont plus capables de faire des choses simples comme compter, lancer une balle. 




De nombreuses fonctions sont atteintes par la sous-oxygénation

Un manque d'oxygène dans l'organisme entraîne des conséquences sur de nombreuses fonctions :

  • Acidification. Une acidification des tissus qui empêche l'oxydation complète de certaines substances, véritable cercle vicieux d’acidification de l’organisme.
  • Acidose. Au niveau musculaire, l’hypoxie induit des crampes, en relation avec une acidose métabolique.
  • Inflammation. Les tissus en hypoxie sont sujets à une inflammation locale et une tendance à la néovascularisation.
  • Nécroses. La suite dramatique de l’hypoxie est l’anoxie, qui entraine des nécroses tissulaires, en particulier du muscle cardiaque, et son arrêt définitif.
  • Epuisement. A terme, une insuffisance d'oxygène peut entrainer des lésions, des troubles nerveux, un épuisement physique... symptômes provoquant à leur tour, une perte d'énergie et donc une mauvaise capacité de l'organisme à se "réparer".
  • Cellules nerveuses. Toutes les cellules ont besoin d'oxygène y compris les cellules nerveuses, c'est ainsi que l'hypoxie entraine tremblements, mauvaise vision, mouvements désordonnés, réflexes modifiés. La mauvaise réaction des centres nerveux se propage au cerveau et pourront alors apparaitre douleurs, vertiges, agitation mentale, difficultés de jugement, de mémoire et d'attention.


En fait, toutes les fonctions sont atteintes, directement ou indirectement.

Et quelquefois, des effets insoupçonnés. Les conséquences d'un manque d'oxygène dans l'organisme décrites ci-dessus sont voyantes et repérables. Mais d'autres petites misères de la vie quotidienne le sont moins et ne sont pas toujours "reliées" à une éventuelle faiblesse du niveau d'oxygène.

  • Qui associe, en effet, oxygène et pathologies intestinales telles que ballonnements, troubles du transit ou même Candida Albican.
  • Qui pense à l'oxygène en présence d'allergies, de parasites, de mycoses…
  • Qui pense à l’oxygène quand on tombe dans la tergiversation, le report permanent au lendemain.


Les avantages d'un apport d'oxygène à l'organisme

Grâce à un apport supplémentaire en oxygène, on permet à celui-ci d'être mieux absorbé par les cellules, ce qui induit :

  • Une amélioration de l'absorption des aliments et donc des nutriments, vitamines et minéraux.
  • Une amélioration de l’état général.
  • Un renforcement de l'immunité.
  • Une hausse de l'endurance, de la vigilance et des capacités intellectuelles, notamment concentration et mémoire.
  • Une amélioration du système nerveux.
  • Un retour à un meilleur équilibre acido-basique.
  • Une lutte contre toute les infections, microbes, mycoses, parasites, virus.
  • La mobilisation de l'oxygène pour les processus d'oxydation, donc d'élimination des toxines.
  • Une meilleure récupération que ce soit en cas de blessure, de convalescence ou suite à une période de stress.
  • Un fonctionnement optimisé du système respiratoire, poumons, sinus.
  • La relance des capacités naturelles d'auto-guérison de l'organisme y compris en cas d'allergies ou de pathologies dégénératives.


Cette liste est impressionnante et pourrait se suffire à elle-même.


Oxygène et médecine académique

Accroître la quantité d'oxygène en service dans le corps a toujours été un rêve de santé naturelle. La respiration, bien sûr, en premier lieu, en amène une certaine quantité, qui peut être accrue par l'hyper-respiration, mais cela a vite des limites.

La médecine académique s’intéresse de plus en plus à l’oxygène en tant que traitement. Une trentaine de Centres Hospitaliers Français se sont équipés de caissons Hyperbare.

En Allemagne des milliers de médecins utilisent l’ozonothérapie, méthode d’oxygénation à partir d’ozone. Les Naturopathes mettent en évidence le Bol d’Air JACQUIER, procédé qui permet une meilleure assimilation de l’oxygène.

Mais ces méthodes ne visent qu'un nombre limité de situations… et certaines ne sont pas exemptes d’effets secondaires.


UNE VOIE D'AVENIR : L'OXYGENE SOUS FORME LIQUIDE

Alors, de quelle façon permettre un apport supplémentaire d'oxygène cellulaire, le plus simplement possible et avec la  meilleure biodisponibilité. Une voie d’avenir  est l’oxygène sous forme liquide. L’oxygène, surtout sous sa forme liquide, est en réalité une méthode oxygénante, qui loin d’être oxydante, augmente au contraire les capacités anti-oxydantes de l’organisme.

La meilleure réponse est d’utiliser un support contenant de l’oxygène stabilisé et pour cela l’eau est le meilleur moyen. En effet, l’eau est le meilleur élément qui nous relie à l’oxygène.

La forme liquide de l’oxygène liée à de l’eau permet une pénétration cellulaire rapide. La boisson étant absorbée par l'organisme,  l'oxygène se retrouve dans le sang et transporté aux cellules, en sollicitant très peu le système digestif.

Cette forme "naturelle" permet une utilisation régulière, sans risque, sans apport excessif d'oxygène, sans aucun effet secondaire lié à l’apport supplémentaire d’oxygène.

Les premières observations de l'intérêt de ce procédé remontent aux années 1920.

La première utilisation de l’oxygène stabilisé pour l’homme remonte à 1926 en Allemagne par le Dr William F. KOCH. Il est proposé et utilisé depuis 1930 aux États-Unis comme complément alimentaire.


L’EAU KAQUN EST ISSUE DE LA RECHERCHE

Dans les années 80, trois Universités, dont l’Université de la Navy Américaine et une Université Hongroise allient leurs recherches pour mettre au point une eau à très haute teneur en oxygène, l'eau KAQUN.

L’action de l’oxygène stabilisé dans l’eau est de fournir une assistance au niveau des fonctions de base de l’organisme. Cet apport facilite la détoxification de l'organisme et améliore l’absorption des substances propices à l’organisme.