Christophe ETIENNE

Blogueur d'investigation

Dès son enfance, Christophe est passionné et attiré par les plantes médicinales et la naturalité. Après une formation en Lycée Agricole, il poursuit des études en sciences humaines, en médecine naturelle et en médecine énergétique. Il suit un Cursus Universitaire en Phytothérapie et en Aromathérapie à la Faculté de BOBIGNY, puis une formation en Naturopathie auprès de Frédéric SARDON et Djamel BELARBI. En 2006, il crée le célèbre Blog "Clésdesante.com". Il se définit comme un blogueur d'investigation, partageant ses découvertes. Son objectif est de contribuer au retour d'un mode de vie sain, sans dogmatisme.

En Juin 2013, Christophe publie sur son blog un article sur l'eau KAQUN. Ci-dessous son article.

ARTICLE DE CHRISTOPHE ETIENNE PUBLIE SUR WWW.CLESDESANTE.COM EN JUIN 2013

Début 2013 une lectrice de mon blog m’appelle. A la fin de la conversation elle me demande si j’ai entendu parlé de l’eau KAQUN… - L’’eau quoi ? Non, jamais entendu parlé. Elle me dit « Pourtant pas mal de personnes se déplacent sur place, en Hongrie, pour faire des cures et se guérir. » Ah bon ! Comment ça s’écrit ? Par curiosité j’envoie un mail sur le site.

Quelques semaines plus tard je reçois un coup de fil d’un homme qui se présente comme le correspondant de l’eau KAQUN en France. Il me raconte sa découverte de cette thérapie et les bienfaits qu’il en tire. Le courant passe, on reste un moment au téléphone. Le secret de cette eau serait sa richesse en oxygène.

Sachant que, par définition l’oxygène est oxydante, ma première réaction est le scepticisme de l’intérêt de la consommation régulière d’une eau riche ou enrichie en oxygène… et puis quelle différence avec l’eau oxygénée ? En même temps je ne peux m’empêcher de penser à toutes les découvertes, durant la dernière décennie, sur les qualités étonnantes de l’eau. Je ne peux m’empêcher de repenser à Water, ce film magnifique qui expose les propriétés plus ou moins merveilleuses que certains prêtent à H2O.

Je ne peux m’empêcher également de penser que nous ne sommes probablement qu’au début de quantités de découvertes qui nous permettront de nous régénérer et de traiter les nombreuses maladies émergentes. Bref des questions émergent, mais mon interlocuteur me parait très sensé, en dehors de toute démarche vénale et de plus, fort affable. Voilà le début de l’histoire. Mais en fait c’est un sujet vaste. Je vais tenter de répondre au fur et à mesure à toutes les questions au sujet de cette eau très particulière.

Si l’on en croit les témoignages que j’ai entendu lors de conférences téléphoniques, visiblement c’est du sérieux : les participants ont quasiment tous retiré des bienfaits de la consommation de cette eau. De plus des études ont été conduites en Hongrie, par le Dr Robert LYONS, au sein d’un des hôpitaux publics de Budapest, l’hôpital St STEPHEN (St-Etienne). Des études conduites sous contrôle du « TUKEP », l’équivalent de l’INSERM en Hongrie. Intriguant…

Ma rencontre avec Jean-Luc LEFEVRE, le correspondant en France.

L’homme, à la physionomie généreuse, est avenant. Ses yeux pétillent d’intelligence et son sourire d’amabilité. Il me raconte sa rencontre avec cette fameuse eau.

Il y a quelques temps il a vécu un véritable burn-out. Il est mal en point : obésité, diabète, essoufflements, apnée du sommeil, des douleurs dans tout le corps, et surtout une fatigue permanente. Sa capacité de travail est réduite à 3 heures par jour. Il cherche des solutions. Il bénéficie d’abord d’une cure détox bienfaisante, version ayurvéda, au centre Prema de Vincent MARECHAL à Ermont (95). Il enchaîne les séances : acupuncture, facia-thérapie, médecine quantique. En septembre 2012 il entend parler de l’eau KAQUN.

Intrigué, il réussit à commander un lot de 20 packs de 6 bouteilles qu’il reçoit en décembre 2012.

« C’était extraordinaire ! » raconte-t-il. « Quand j’ai commencé à boire cette eau, je ne pouvais pas m’arrêter. La première journée, j’en ai bu 7 bouteilles. Je sentais que mon corps en réclamait. J’avais une image en tête, il me semblait que mes cellules étaient un peu comme des raisins secs tout ratatinés, et que cette eau les réhydratait. J’ai bu de 4 à 6 bouteilles d’eau KAUN par jour pendant près de 2 mois. Pas par choix, mais parce que mon corps en demandait. »

En janvier 2013 il décide d’aller faire une cure en Hongrie. Là il expérimente pour la première fois les bienfaits des bains combinés à la consommation de l’eau. Il ressent rapidement les effets :

« Dès ma 1ère cure de 9 jours, je sens qu’il se passe quelque chose. Dès les premiers jours, tout de suite, mon moral change, je suis de meilleure humeur, plus positif. Puis l’énergie physique et mentale ont commencé à augmenter, doucement mais régulièrement. De retour à Paris, je garde un grand souvenir de ma 1ère séance de tapis de marche. Elle a été magique. J’ai fait 1h15 avec une facilité incroyable, et j’ai enchaîné par une série incroyable d’abdominaux, et surtout sans douleur. « 

Depuis il y est retourné 2 fois (Article est de Juin 2013).

 « Mais, je n’avais fait que 9 jours de cure et je sentais que le processus de régénération en cours n’était pas complet, et donc en février, je fais une seconde cure de 14 jours. J’ai senti un travail intense dans le corps. Je me re-construisais. Pendant cette 2ème cure, j’ai eu des douleurs très fortes dans ma mâchoire, douleurs qui ont duré tout le temps de la cure. Mais, j’ai constaté que mes dents, qui commençaient à se déchausser, étaient devenus solides. C’était le côté visible de ce travail de régénération initié par l’eau des bains, et je sentais bien que le même travail de régénération se faisait en profondeur ». 

Lorsque vous demandez à Jean-Luc LEFEVRE les bienfaits qu’il en retire, il vous répond qu’ils sont multiples. Le plus flagrant est la vitalité, et ça peut se mesurer car il monte dorénavant les escaliers de son immeuble à pied, et ça lui sert d’étalon : il est à chaque fois un peu moins essoufflé (voir plus loin les témoignages des quelques consommateurs français).

Grâce à sa forte teneur en oxygène, cette eau hydrate et oxygène mieux l’organisme : « souvent on croit qu’on a faim, en fait c’est qu’on n’est pas suffisamment hydraté : le corps ne ferait pas bien la différence entre l’envie de manger et de boire, m’a expliqué un jour une psychologue. »

La conséquence est que la qualité du sommeil, notamment, est améliorée. Or on connait l’importance du sommeil dans la réparation du système nerveux. Les troubles de l’humeur s’amenuisent : « avec la consommation régulière d’eau KAQUN, c’est le soleil qui recommence à briller dans sa tête » entend-t-on parmi les consommateurs. Il faut savoir qu’une des études menées à Budapest montre que la consommation d’eau KAQUN permet d’accroître de 30% les capacités cognitives.

La tension artérielle aussi est souvent améliorée, la diminution des douleurs, lorsqu’il y en a, est souvent citée.

Jean-Luc LEFEVRE précise que l’eau doit être consommée de préférence en dehors des repas car elle accélère le métabolisme des minéraux : cela évitera de se déminéraliser. Il précise aussi que « l’eau renforce ce qui fonctionne bien dans l’organisme, elle nourrit les bonnes cellules ».

En septembre 2012 s’est tenue la 1ère Conférence Internationale organisée à Budapest. Les résultats des études sur l’utilisation du procédé KAQUN comme soin de support en cancérologie, conduites par le Dr LYONS, y ont été présentées.

Histoire de l’eau KAQUN. Un tube mystérieux. 

Le Dr Robert Lyons s’est déjà illustré par le passé pour ses recherches sur la feuille d’olivier, qui ont conduit à l’élaboration du D-lenolate. C’est en effet son équipe qui, alors qu’il travaillait chez East Park Research dans le Nevada aux Etats-Unis, a permis aux recherches sur l’élénolate de calcium, un puissant anti-microbien contenu dans la feuille d’olivier, d’aboutir. Il a également étudié l’indium, un oligoélément particulier.

Revenu en Hongrie dont il est originaire, il travaille à l’Université de Budapest en tant que chercheur en oncologie, puis dans un laboratoire de sérodiagnostic sur des travaux portant sur les infections fongiques et virales.

Un jour, il reçoit un module ayant la forme d’un tube de 1 mètre, avec (si nos renseignements sont bons) une quinzaine de métaux précieux intégrés. Le colis lui est adressé par des scientifiques américains. C’est accompagné d’une lettre expliquant que l’eau traitée par ce procédé a la capacité de traiter le cancer. Le module est le fruit de 20 ans de recherches, mais ils ne savent pas trop quoi en faire. Intrigué, il décide de faire des essais. Ce qui va beaucoup le motiver est la guérison de sa fille.

Interviews

Le Dr LYONS explique qu’il a eu, notamment, à traiter sa propre fille, atteinte d’un cancer du pancréas, avec succès, en utilisant l’eau KAQUN en thérapie complémentaire.

Anecdote. Il faut savoir que le Dr LYONS est également un maître en art martial, il est Moine Shaolin, entraîne chaque semaine de jeunes élèves au Kung-fu, et participe à l’organisation de championnats.

Il invite généralement les personnes qui viennent le voir à s’occuper de leur bien-être, de faire de l’exercice physique, du Qi Qong et de la méditation.

D’où vient le terme KAQUN ? 

Le mot KAQUN est inspiré du film Cocoon, un film de science-fiction dans lequel des personnes âgées retrouvent miraculeusement leur jeunesse en se baignant dans une piscine mystérieuse.

En mars 2013 le Dr. LYONS explique :

 « Quand nous avons commencé, nous avons donné à l’eau le nom « KAQUN » qui est un nom fantaisiste qui vient du film Cocoon. La raison est que nous avions vraiment besoin de beaucoup de recherches. Comme dans le film, nous avions beaucoup de questions sans réponse sur ce que cette eau était capable de faire. Ce que nous voyions à ce moment-là ne pouvait pas être expliqué, d’aucune manière. Donc, nous avons décidé de nous engager dans un cadre de validation scientifique, et nous avons commencé des essais « in vitro » et « in vivo », à Budapest en Hongrie. »

Concernant les essais il précise :  

 « Tous les essais ont été faits dans des Instituts Nationaux, dans le Laboratoire National, l’Académie Nationale des Sciences, dans des Grandes Universités Publiques, donc des entités crédibles pour faire des études comme celle-là.

La plupart des études dont nous avions besoin étaient des essais avec des êtres humains. Donc nous avons demandé une « Licence Médicale Humaine » et ainsi nous avons pu faire des publications dans des journaux médicaux Hongrois et internationaux de référence

Pour effectuer les premiers essais, le premier « Centre de bains KAQUN » s’ouvre en 2002 dans la ville de OBOGOKO, dans le but d’améliorer la condition physique générale.

Le Dr LYONS se consacre aujourd’hui à plein temps aux différentes études et protocoles des soins avec l’eau KAQUN, ainsi qu’au développement de sa diffusion.

Des résultats probants.

A l’hôpital St STEPHEN de Budapest, chaque semaine, des groupes de d’échanges entre personnes guéris du cancer ou en rémission se réunissent pour faire le point sur leur état de santé.

Jean-Luc LEFEVRE témoigne « Durant mes 3 cures d’eau Kaqun à Budapest, j’ai croisé des patients qui m’ont beaucoup touché. Beaucoup de femmes atteintes par le cancer du sein en particulier, d’autres souffraient de cancers généralisés, un jeune homme qui avait subi 3 AVC durant son adolescence, des personnes avec la maladie d’Alzheimer, d’autres personnes avec des blessures suite à accident. J’ai visité les centres KAQUN du service d’oncologie de l’Hôpital de Budapest et celui du Centre de réhabilitation. Toutes ces personnes, patients, médecins avaient une opinion positive de l’eau KAQUN et considéraient que cette oxygénation supplémentaire était majeure dans leur processus de guérison.

Une de mes amies, qui n’avait pas de pathologie particulière, avait constaté qu’après ses 10 jours de cure, sa tendance à procrastiner s’était fortement réduite. Par mon métier de formateur de managers, je sais que la procrastination est un handicap dans la vie, qui génère des difficultés et problèmes inutiles à ceux qui en souffrent. J’ai également eu le privilège de rencontrer et d’échanger avec le Professeur Tamas SIMONS, Président de la Ligue Hongroise contre le cancer, qui m’a confirmé le bien qu’il pense des thérapies Kaqun en complément des soins conventionnels. Sa ligue recommande l’eau KAQUN à ses adhérents. »

Il décide alors d’organiser la distribution de l’eau KAQUN pour la France. Lors de sa 3ème cure, en mars 2013, Jean-Luc LEFEVRE prend un accord avec le Dr. LYONS et la licence d’Official KAQUN Reseller » pour la France.

Comment ça fonctionne ?  

Le procédé lui-même est hyper protégé. Ce que l’on sait c’est que l’eau est soumise à une sorte d’électrolyse permettant de retirer une partie de l’hydrogène. L’eau se trouve naturellement plus concentrée en oxygène, et ce qui est important à préciser, en oxygène lié, c’est-à-dire stable, à une concentration de 18-25 mg/l. Il y a véritable changement de la nature de l’eau, et le nombre de molécules H2O par cluster est plus élevé que dans l’eau classique (cf future article sur le sujet).

Il se passe en fait une très forte augmentation du potentiel redox (d’oxydo-réduction). Ce fameux paramètre étudié par Louis-Claude VINCENT promoteur de la bio-électronique dans les années 50, et qui est un marqueur infaillible de la qualité et de la pureté d’un soluté ou d’une substance.

Pour illustrer l’importance du potentiel redox vis à vis de l’activité antioxydante, le Dr LYONS explique « Si vous avez un petit verre (potentiel redox) vous ne pourrez y verser que peu de liquide (antioxydants). Pour augmenter la contenance, vous devez augmenter la taille du verre. » Augmenter le potentiel redox revient à augmenter de façon significative le champ d’action des antioxydants.

Note du blogueur : J’ai demandé son avis à un chercheur en immunologie. Pour lui les résultats observés avec l’eau KAQUN sont logiques. Il faut savoir que les recherches les plus récentes sur le système immunitaire pointent du doigt l’intégrité de la paroi intestinale et la qualité de la flore. Toutes les déficiences immunitaires semblent avoir comme dénominateur commun une dysbiose, ou altération de la flore intestinale. Or, la flore bactérienne pathogène est toujours anaérobie (se développe en milieu dépourvu d’oxygène). Les troubles de l’humeur également, sont étroitement liés à la bonne santé de l’intestin puisque c’est essentiellement là que la sérotonine est secrétée. On parle alors de « biofilms » c’est à dire de colonies bactériennes qui deviennent autonomes, secrètent des composés organiques volatils plus ou moins toxiques. En devenant autonomes elles prennent peu à peu contrôle de votre écosystème.

Les traiter avec de l’oxygène stable est visiblement une solution à laquelle personne n’avait pensé auparavant. D’autre part le transport et la circulation de l’oxygène dans l’organisme sont améliorés, avec des effets bénéfiques sur la circulation, la microcirculation et la cicatrisation.

Depuis 10 ans qu’elle est étudiée un certain nombre d’autres caractéristiques lui sont attribuées.

  • détoxifie et ré-énergise
  • augmente les performances
  • alcalinise
  • réduit les processus inflammatoires dans le système digestif
  • immunostimulante
  • favorable au fonctionnement des reins

Témoignages de consommateurs français. 

Une fois par mois environ, une conférence téléphonique est organisée et permet aux consommateurs de l’eau KAQUN de partager leurs expériences. La plupart des personnes dont j’ai entendu les témoignages consomment l’eau depuis environ 3 mois, la plupart 1 à 1,5 litre par jour.

Pour F. l’eau KAQUN régule l’appétit : plus de grignotages , elle  a perdu 2 kgs, selon elle les cellules sont mieux hydratées. Côté psy : la procrastination a fortement diminué, elle arrive à prendre des décisions plus rapidement, comme si le cerveau fonctionnait mieux.

A. se sert du gel cutané : elle en est contente et trouve que sa peau est bien hydratée.

M. elle, souffre de fibromyalgie et du syndrome d’Ehlers-Danlos (maladie orpheline qui se traduit par une grande fragilité des tissus et une grande fatigabilité) : elle a remarqué de nettes améliorations depuis quelques temps : moins de douleurs, elle peut monter à nouveau les escaliers. Surtout elle sent plus de tonus, presque comme dopée ; elle dort moins (auparavant elle dormait environ 10 h par jour), moins de fringales, surtout en journée, et ses dernières analyses sanguines montrent un taux de neutrophiles normalisé. Elle boit 1,5 l par jour

An. de son côté ressent une évolution notable du moral, elle a moins de colères. Au début grandes envie de dormir, comme si son corps avait besoin de se régénérer. Ça l’a aidé à se stabiliser car elle est une personne dispersée, moins de fringales aussi, analyses sanguines : moins de triglycérides.

Ma. souffre également de fibromyalgie, elle a moins de douleurs, c’est plus supportable. Elle marche mieux, dort mieux et plus profondément. Elle ressent un vrai plaisir à boire cette eau et ressent tout de suite un mieux-être. Capacités cognitives améliorées car elle arrive à nouveau à se concentrer et lire de façon continue. Elle refait des activités qu’elle ne faisait plus. Elle consomme 1,5 l par jour. Les premiers effets de la consommation sont arrivés au bout d’un mois et demi. Lorsqu’elle n’a plus d’eau KAQUN, les douleurs reviennent.

F. quant à elle, se rend sur place régulièrement. Là-bas elle fait 3 bains par jour et boit 1 bouteille par jour, et 2 bouteilles par jour à la fin du séjour. Bienfaits observés : appétit régulé – perte de 2 kgs ; l’impression d’être mieux oxygéné, que le corps est mieux nourrit. Faire le bain le matin est particulièrement agréable et vitalisant.

JL :  « Pour ma 2ème cure, j’étais venu avec un groupe d’amis, dont mon ami Alexis. Alexis souffre d’un carcinome sur le front et d’un cancer de la prostate. Très sérieux, Alexis a fait les 14 jours de traitement Kaqun, à raison de 3 bains par jour, et en buvant 1 bouteille d’eau Kaqun chaque jour. Au cours de cette cure, Alexis sentait en le palpant que son carcinome diminuait. C’était vraiment une bonne nouvelle. 3 semaines après son retour en France, ses analyses montrent que son taux de PSA s’est normalisé. »

Un participant a remarqué la disparition de ses parasites et mycoses.

Ce qui est certain c’est que KAQUN c’est du sérieux… A titre d’exemple, le professeur Miklos KÄSLER, Président de l’Institut National d’Oncologie de Hongrie (il a des fonction au niveau européen si j’ai bien compris) abordera normalement les travaux sur KAQUN lors d’une rencontre internationale d’oncologie en octobre 2013.